Etude sur les enrichissements de milieu en captivité

15/11/14

 

Voici ma traduction de la synthèse d'un article scientifique écrit par Deborah Wells, une chercheuse britannique se focalisant sur le comportement animal (éthologie) et le bien être animal (welfare).

Son article est une synthèse de nombreuses études conduites pour analyser l'impact de stimulations sensorielles, en tant qu'enrichissement de milieu, chez des animaux captifs.

 

Sensory stimulation as environmental enrichment for captive animals: A review

 

"Dans la nature, les animaux sont exposés à une une vaste gamme de stimuli en perpétuel changement. La captivité, a contrario, offre en règle générale un environnement énormément plus appauvri en terme des signaux sensoriels aux animaux. Dans une tentative de remédier à cette situation, et d'encourager l'amélioration du bien-être, les chercheurs ont commencés à explorer les mérites de la stimulation sensorielle (c'est à dire la stimulation destinée à déclencher un sens de l'animal ou plus) en tant que potentielle méthode d'enrichissement de milieu pour les animaux vivants en captivité.

 

Cet article dresse une revue bibliographique de la recherche dans ce domaine, se focalisant spécifiquement sur les méthodes de stimulation auditives, olfactives et visuelles. Les études examinant l'efficacité de chaque type de stimulation en tant qu'outil d'enrichissement de milieu sont décrites, lorsque c'est pertinent, distinguant les études réalisées dans l'habitat naturel de l'animal de celles qui ne le sont pas.

 

Dans l'ensemble, il est conclut que la stimulation sensorielle apporte un potentiel enrichissement aux animaux vivant dans des cadres institutionnels, bien que l'amélioration gagnée grâce à ces enrichissements dépende probablement d'une grande variété de facteurs, incluant, par exemple, l'espèce, le sexe, l'âge et les conditions de captivité.

 

Les programmes d'enrichissement sensoriels ciblant le sens dominant de l'espèce étudiée, et utilisant des signaux inoffensifs et non stressant, résulteront sans doute dans de grandes améliorations pour le bien être animal. Les stimuli spécifiques du milieu de vie naturel de l'espèce ne doivent pas être considérés comme étant plus significatifs, ou bénéfiques, au bien être animal ; dans certains cas les stimuli ne se produisant pas dans la nature (par exemple la musique classique) peuvent avoir plus à nous offrir en termes d'amélioration du bien être.

 

Les défauts dans la recherche, et les facteurs à considérer lors de l'installation d'enrichissement sensoriels, sont discuté tout au long de l'article." (Wells, 2009)


Cet article est paru en Avril 2009 dans Applied Animal Behaviour Science (Science Comportementale Appliquée à l'Animal.


« Une revue scientifique internationale rendant compte de l'application de l'éthologie aux animaux dirigés, géré par les humains. » Notez-bien la dichotomie entre les animaux, ensemble vague et immense, manipulable à l'envie, et les humains, les maîtres, espèce dominatrice de toutes les autres...


Quand on sait dans quelles conditions médiocres et dénuées de plaisir les animaux sont détenus, je pense que faire avancer la recherche de ce côté n'est que souhaitable. Une meilleure compréhension des besoins des animaux captifs, et surtout une implication des scientifiques pour améliorer leurs conditions de vie et dénoncer les maltraitances (négligence des besoins physiques, affectifs, mentaux) semble nécessaire pour faire évoluer le sort des animaux. Que ce soit pour la consommation de leur chair, leurs oeufs, leur lait, le divertissement (zoo, cirques..) ou leur corps vivant (expérimentation animale), la captivité n'est jamais anodine.

0 commentaires

Le système nerveux : bases neurologiques et cri de la carotte

01/11/14

Un petit aperçu des bases des neurosciences, en se focalisant sur le Système Nerveux. Nous découvrirons dans cet article les cellules spécifiques le constituant, sa présence chez d'autres espèces, et ses fonctions.

 

Ceci étant une tentative de vulgarisation scientifique à partir de mes connaissances d'étudiante, toute remarque ou critique en vu d'en améliorer le contenu sera la bienvenue ^^

 

De quoi est constitué le système nerveux? Quels animaux en possèdent un? Que sont concrètement les neurones? Voilà des questions auxquelles vous pourrez répondre après avoir lu cet article ! N'hésitez pas à commenter ou poser des questions si un point vous intéresse, ou vous interpelle !

Un point commun fondamental à tous les animaux.

Système Nerveux Central Human brain cerveau
Le SNC d'un humain

La présence d'un système nerveux (SN) est caractéristique des animaux (Métazoaires).

(En opposition aux végétaux, Procaryotes et champignons).

 

La perception de douleur par exemple se fait grâce à des récepteurs spécialisés (nocicepteurs), qui sont reliés au cerveau et la moelle épinière (Système Nerveux Central) par des neurones répartis dans tout le corps (SN Périphérique).

 

Or, tous les animaux (1), des méduses aux dauphins (Cétacés - Mammifères) en passant par les coccinelles (Coléoptères – Insectes) et les dindons (Gallinacés – oiseaux (2)) possèdent un système nerveux.


Les neurones se regroupent et forment des ganglions dans la partie antérieure de l'animal au cours de son développement, c'est le processus de céphalisation. On observe une concentration neuronale plus importante au niveau de la partie antérieure de l'animal (tête) chez tous les animaux présentant une organisation axiale tête – queue.


Les Vertébrés, dont les poissons (3), Lissamphibien, oiseaux, reptiles et Mammifères font partie, possèdent un système nerveux cérébralisé. En fait, certains ganglions (amas de neurones) fusionnent dans le territoire céphalique, donnant naissance à une structure ressemblant au cerveau, en parallèle d'une concentration des organes sensoriels (yeux, oreilles, vibrisses..) dans la partie antérieure.


Exit donc, le cri de la carotte ! (ou "pourquoi, contrairement aux animaux consommés, les végétaux ne ressentent pas la douleur")


Mais à quoi sert ce système nerveux?

Le système nerveux est très utile, et même essentiel car il permet à l'animal de :

- percevoir des informations sensorielles (la douleur par exemple, mais aussi des variations de lumière, de température.. via des cellules sensorielles. C'est le rôle du SN périphérique)

- analyser, traiter, intégrer toutes ces informations

- générer des commandes motrices appropriées

- réaliser des fonctions cognitives

Mais que sont les fonctions cognitives?

Pour parler clairement et scientifiquement, les fonctions cognitives renvoient à de nombreuses fonctions cérébrales. Elles ont été définies en premier chez l'homme mais se retrouvent également chez les animaux non-humains, à divers degrés.


Fonctions cognitives

"Fonctions intellectuelles qui se divisent en quatre classes:

1-les fonctions réceptives permettant l'acquisition, le traitement, la classification et l'intégration de l'information;

2-la mémoire et l'apprentissage permettant le stockage et le rappel de l'information;

3-la pensée ou le raisonnement concernant l'organisation et la réorganisation mentales de l'information;

4-les fonctions expressives permettant la communication ou l'action ."

Définition extraite de Terminologie de neuropsychologie et de neurologie du comportement. Recherche et réd. Louise Bérubé, (1991)


Des cellules particulières en interaction..!

neurone astrocyte vaisseau sanguin interaction
Illustration du lien entre neurone, cellule gliale (ici un astrocyte) et vaisseau sanguin - Source en lien

Mais de quoi est constitué notre cerveau? D'un complexe réseau de neurones, qui, de part notre vie en relation avec notre environnement, est en perpétuel réaménagement. Mais pas seulement.

Typologie d'un neurone :

schéma neurone axone dendrite

Des ramifications du corps cellulaire, les dendrites, se placent en contact d'autres cellules pour capter des informations. Elles peuvent se contracter ou croître, en lien avec l'activité des neurones.

L'axone d'un neurone peut être très long (1m chez l'humain pour le nerf (=plusieurs axones parallèles) qui va de la moelle épinière jusqu'aux orteils!). L'extrémité du neurone est constituée d'une terminaison synaptique (dont le rôle sera détaillé dans un prochain article).

 

Vous connaissez désormais la base de la structure d'une cellule nerveuse !

 

 Des alliées indispensables :

Les cellules gliales, accolées aux neurones, sont très abondantes et ont longtemps été négligées, pensées comme des cellules de soutien uniquement. Toutes leurs fonctions n'ont pas été élucidées, mais on sait qu'elles participent à d'autres fonctions qu'à la nutrition et à l'excrétion des neurones (via le sang, les neurones n'étant jamais en contact avec des vaisseaux sanguins qui irriguent abondamment le cerveau). En effet, les cellules gliales joueraient un rôle dans le transport de neuromédiateurs.. (Ces neurotransmetteurs vous intéressent? Un article est prévu!)

Les Astrocytes, un certain type de cellules gliale, augmente la vitesse de propagation des influx nerveux. En fait, elles améliorent la conduction des signaux le long des axones en produisant une gaine de myéline isolante. Leur présence et bon fonctionnement est donc essentiel au bon déroulement des fonctions nerveuses !


Le nombre de neurones augmente énormément pendant le développement embryonnaire (dès 6 mois de grossesse les neurones sont différentiés) et l'enfance, mais une fois adulte, ce n'est plus le cas. En effet, les cellules nerveuses sont tellement différentiées et spécialisées qu'elles ne peuvent plus se diviser chez l'adulte. Cela explique pourquoi la perte de neurones et leur dégénérescence (dû à un traumatisme crânien, un Accident Vasculaire Cérébral ou une maladie neurodégénérative, la vieillesse) est irréversible. (Des recherches tentent de débloquer ce phénomène, en utilisant des cellules souches pour les faire se différentier en neurone par exemple).  Par contre, les réseaux neuronaux (liaisons entre les différents neurones) se modifient (et peuvent se développer) tout au long de la vie !


Voici quelques articles intéressants pour poursuivre,

-En rapport avec le système nerveux :

Les réseaux neuronaux : le cerveau, une source d'inspiration

Baby's brain begins now, conception to the age 3


-Ou pas:

Sommes-nous-des-poissons? : Evolution et classification



Notes de l'auteure :

(1) A l'exception du taxon 'primitif' des Porifères (les éponges), tous les animaux présentent un système nerveux.

(2) Les oiseaux ne forment pas un groupe à part du point de vu phylogénétique. Ils sont apparentés en classification actuelle aux Archosauriens (groupe des Crocodiliens). En étudiant les fossiles d'Archéoptérix en particulier, les Paléontologistes ont montré que les Oiseaux sont les plus proches descendants des Dinosaures (Eh oui, un colibri a plus de lien de parenté avec un diplodocus qu'un lézard n'en n'aura jamais!)

(3) Ces noms utilisés dans la langage courant n'ont en fait plus aucun sens scientifique, du point de la classification taxinomique (organisation des êtres vivants en groupes).

0 commentaires

Pétition pour l'abolition de la fourrure en France

28/10/10

Une pétition sur la plateforme Avaaz a l'ambition d'interdire la production et la vente de fourrure en France. Je vous invite d'ailleurs à la signer, et à la montrer au plus grand nombre de personnes possible ! (il suffit de renseigner son adresse e-mail)


[ Pourquoi ne plus porter de fourrure ]


Cela semblera trop radical pour certains, trop anecdotique (rapport au nombre de victimes dérisoire en comparaison de l'industrie de la viande) pour d'autres. Mais la portée symbolique de cette action, si elle aboutit, ne sera pas sans conséquences.


Porter de la fourrure est de moins en moins socialement accepté. Peut être car les campagnes d'informations et de sensibilisation, depuis les années 1970', ont planté des graines de prise de conscience de la souffrance d'autres animaux.


Bien sûr, des objections pourront être faites aux abolitionnistes (morceaux choisis):

Mais il suffit de ne pas faire souffrir les animaux, et tout ira bien.

NON. Faire naître ou capturer puis élever des animaux dans des conditions qui ne répondent pas à leurs besoins physiques, psychologiques, affectifs, cognitifs, est une abomination. Tuer un individu pour le plaisir futile de porter son corps, serait-il une matière douce et soyeuse, est inadmissible.


C'est une entrave à ma liberté !

Le but n'est pas de restreindre les possibilités d'actions de chacun, mais d'abolir enfin une pratique sans fondements éthiques et profondément injuste. Est-ce que l'abolition de l'esclavagisme, qui a porté préjudice aux personnes en bénéficiant directement, est à remettre en question au prétexte qu'elle a limité la liberté de certains individus d'en acheter d'autres?


Avec la crise, c'est pas le moment, c'est une perte d'emploi en plus !

Effectivement, les personnes travaillant dans ce secteur vont devoir se reconvertir (le but n'est pas de les exclure de la société!), ils seront sans doute aidés par l'Etat (si la législation est modifiée). Mais la France pourra en profiter pour développer son marché de fausse-fourrure-éthique, au niveau du prêt à porter de luxe par exemple! De plus, la vie de milliers d'animaux sacrifiés chaque année n'attendra pas..


Plus d'infos sur le militantisme anti-fourrure et ses dérives sexistes et spécistes, des "I'd rather go naked" de PETA aux "vous portez un chien".


Parodie de publicité bien trouvée à mon avis. Le spécisme est dénoncé, qu'en pensez-vous?
Parodie de publicité bien trouvée à mon avis. Le spécisme est dénoncé, qu'en pensez-vous?

 

 

 

 

Avez-vous d'autres exemples d'arguments contre l'abolition de la fourrure? Ou d'autres pétitions?

0 commentaires

Education non conformiste

30/08/14

Dans une société comme la notre, perclue de préjugés et autres formes de carcans sociaux, l'éducation est fondamentale. C'est ce qui permet aux enfant d'acquérir (ou pas) un esprit critique face au monde qui les entoure : média de piètre qualité et en surrabondance, animaux-marchandise-viande, femmes-objets sexualisés.. 

Bon, le tableau que je dresse est décourageant. Et pourtant, je suis consciente que je vis dans un univers de privilégiés, où m'assurer de ma survie directe ne me vient même pas à l'esprit, et où je peux passer mon temps à ne rien faire à part penser...

 

N'empêche. Dans cette société genrée et spéciste, qui empêchent les enfants de devenir qui ils sont vraiment en les limitant aux stéréotypes sexistes par exemple, l'éducation est un bon vecteur de progrès.

 

Les exemples de sexisme aberrant dans les milieux du sport ou de la politique foisonnent. Le pire, c'est que le monde du marketing semble toujours 3 décennies en retard par rapport à la société quand il s'agit de clichés discriminatoires. Des publicitaires promouvant un événement de basket-ball féminin ont ainsi trouvé judicieux de concevoir cette affiche en 2013 (oui, vous ne rêvez pas).

Ce qui est encore plus déconcertant quand on veut consommer de manière non clichée, en repoussant les discriminations et pour plus d'égalité.


Cette vidéo de l'institut Geena Davis sur la représentation des genres dans les médias, qui met en exergue le peu de diversité dans les caractères et aspirations des figures féminines. L'influence des stéréotypes sexistes sur la construction des petites filles, qui ne disposent pas, contrairement aux garçons, d'une foultitude de modèles positifs, aventureux, intelligents.. etc.  C'est lors qu'on se rend compte de la pauvreté relative de personnages féminins forts que l'on remercie des auteurs comme J.K Rowling (Hermione Granger, Ginny Weasley, Luna Lovegood, Pr McGonagall..) ou Jane Austen (Emma).

 

Je vais m'efforcer de répertorier dans la catégorie CULTURE les oeuvres littéraires, cinématographiques, artistiques et autres engagées pour la cause animale. Les oeuvres féministes m'intéressent également, mais je ne me penche sur ce sujet que depuis peu de temps, donc peu de connaissances.. ça va venir ^^

 

Films 'engagés/ non-spécistes' pour les enfants

-Bambi ♥ Chasse- le petit faon dont la mère a été tuée par des chasseurs..

-Babe ♥ Elevage - l'histoire d'un petit cochon (dénonce les méthodes de l'élevage, évoque la tristesse des animaux lors de la séparation 'mère/petits..)

-Les 101 Dalmatiens ♥ Fourrure - la cruelle voleuse de chiots qui veut en faire des somptueux manteaux de fourrure..

Des films tristes, qui si ils sont visionnés par des yeux sensibles, pourront déclencher des amour inconditionnels des animaux et un fort sentiment de révolte envers les violences qui leurs sont faites.

Les films de Myazaki sont dénués de préjugés sexistes, les femmes occupent toujours une place importante, et on observe le héros principal (souvent un enfant) sauver le monde (Princesse Mononoké), un fort lien avec la nature (Mon voisin Totorro) ou au moins une harmonie existe ^^


Films issus de la Pop culture :

La Planête des singes, les origines - Intéressant pour son regard critique et dérangeant sur la vivisection, notre relation malsaine avec les autres grands singes.. Espérons qu'il fasse réfléchir les non convaincus..

 


Si vous avez d'autres suggestions de film engagés pour la cause animale, ou même féministes n'hésitez pas!


0 commentaires

Pourquoi l'expérimentation animale est injustifiable

28/08/14


Vous pouvez lire mon précédent article sur la vivisection, qui expose les faits et les produits testés sur les animaux.


Les expérimentations sur des animaux vivants peuvent être effectuées pour deux grands buts/domaines d'application.

  1. La recherche en pharmacologie, c'est-à-dire les tests de dangerosité et d'efficacité de médicaments, de vaccins sur des animaux, en vue d'application sur des humains.
  2. Les tests d'innocuité des produits développés par des marques de cosmétiques, de produit ménagers ou autre.

D'un point de vue éthique, ces deux vastes champs ne sont pas perçus de la même manière par le grand public. En effet, il semble plus éthique de sacrifier rats, lapins, chats, chiens, macaques, chimpanzés dans la quête de remèdes qui pourront sauver des vie, que dans celle de nouveaux produits dont on pourrait se passer aisément (à quoi bon en développer sans cesse de nouveaux si cela occasionne autant de vies gâchées? L'économie actuelle veut ça, me direz vous..).

 

Nous allons étudier la non pertinence et l'inefficacité de ces pratiques, ainsi que leur dégâts en termes d'animaux non humains maltraités.

 

Le cas des grands singes est particulièrement sensible du point de vu moral. En effet, la justification même de leur emprisonnement, sévices et morts est leur proche parenté avec nous. "Oui, ils nous ressemblent tellement qu'on peut tester tous nos médicaments sur eux, c'est aussi efficace et ça épargne des vies humaines. Et puis, il faut bien sauver des petits enfants (tel semble être le discours caché, certes, du Téléthon). " Mais justement, comment oser infliger cela à des êtres aussi intelligents, sensibles et sociaux? Est-ce que la volonté d'une espèce d'en asservir une autre pour l'utiliser impunément, et cela pour des résultats douteux, est soutenable?

 

► Je vous conseille la lecture de "L'animal est-il une personne" de Yves Christens, qui pousse à la réflexion. Je ne partage pas entièrement ses idées (notamment au niveau de l'expérimentation animale pour la recherche) mais le livre est intéressant.

 

De plus, il faut savoir (ça semble logique, mais bon..) qu'un chimpanzé, aussi proche génétiquement soit-il d'un humain, n'a pas des caractéristiques physiologiques identiques. Ainsi, un chimpanzé ne réagira pas de la même façon qu'un humain à l'inoculation d'un même micro-organisme, ou à des lésions. Les recherches sur le SIDA, menée sur ce grand singe, n'ont pas abouties fautes de moyens, mais parce que le modèle est inadéquat.

 

Quant est-il alors des millions de souris, rats, cochons d'indes, chiens, chats et autres macaques sacrifiés pour la science, si même les recherches sur notre plus proche cousin se révèlent infructueuses?


Les expériences de laboratoires sont effectuées dans des laboratoires, dans des conditions controlées, certes, mais éloignées de la réalité. Savez-vous comment on étudie les maladies? Les animaux se voient infliger des piqûres leur inoculant des micro-organismes. Des souches de souris et de rats sont choisies pour leur dysfonctionnement. Pour étudier le développement des cancers et tenter de les soigner, les chercheurs exposent les animaux à des agent mutagènes. 


Tout se fait dans l'objectif de perdre le moins de temps possible, mais au détriment de la réalité biologique. Un organisme ne réagit pas de la même façon si subit un choc brutal ou une dégradation sur le long terme, dûe à une mauvaise hygieène de vie. Alors, deux organismes d'espèces différentes.. Comment peut-on espèrer obtenir des avancées notables dans le domaine de la santé, si les recherches en cours s'effectuent majoritairement sur des animaux non humains?

 

La fiabilité des tests sur les animaux non humains préalables aux test sur les humains est désormais constamment remise en question. Mais les élevages d'animaux destinés à l'expérimentation font tout pour étouffer l'affaire, préférant le trafic légal de vies à la cessation d'activité. Quant à eux, les laboratoires préfèrent poursuivre leur expérimentations bien rodées.

 

Je ne saisis pas encore si il s'agit d'un cynisme utilitarisme dénué d'empathie, d'un mercantilisme pervers et intéressé (ouiii, des expériences menant à des résultats et donc des publications, menant à des subventions!).. Si vous vous êtes penchés sur la question, un éclairage ne serait pas de refus...



La vie d'un animal de laboratoire se résume simplement : naissance contrôlée et sur demande, séparation précoce de la mère, inoculation de maladies, plantage d'électrodes dans le cerveau pour étudier le fonctionnement cérébral, greffes ou au contraire ablations, liste non exhaustive de multiples souffrances en somme. Puis, vient la mort.


Mais pas une mort digne, respectueuse de l'individu. Non. Une mort froide, calculée, sans répit, dictée par les besoins des firmes, laboratoire et autres institutions intouchables. On jette sans vergogne ceux qui ne sont plus utiles à la Science. Trop cassés, déformés, abimés par les expérimentateurs. Les cadavres des victimes iront garnir les poubelles des laboratoires.


Image de l'artiste Unhappily ever after
Image de l'artiste Unhappily ever after

 

De plus en plus de scientifiques dénoncent les tests sur les animaux non humains pour leur manque de fiabilité et leur inutilité.

 

Le comité Antidote-Europe en particulier.

Pour en savoir plus :

- Libération animale, chapitre "outils d'expérimentation", Peter Singer (1975)

- Faut-il en finir avec l'expérimentation animale? [ ici ]

- We must resolve to get animals out of our laboratories, Huffington Post [ ici ]


0 commentaires